Combien de pages de médias sociaux d'entreprise sont vraiment relationnelles et engageantes? Et pourtant, lorsque nous voyons des pages de médias sociaux réussies, ce sont généralement des pages qui ne sont pas des pages commerciales. Pourquoi?

L'un des problèmes auxquels sont confrontés de nombreux praticiens de la communication et des médias sociaux est lorsqu'il y a une polarité entre ce qui fonctionnerait sur les médias sociaux et ce qui ne fonctionnerait pas mais obtient l'approbation des clients.

Invariablement, ces idées et tactiques qui obtiennent l'approbation des clients finissent souvent par obtenir très peu de traction sur les médias sociaux.

Cela s'apparente à des conversations. Les meilleures conversations sont celles où deux personnes ou plus engagent un dialogue. Les gens se parlent, partagent des idées, rebondissent et parfois même avec enthousiasme. Il y a un échange d'informations, où l'information est ensuite distillée et finalement, les personnes engagées dans le dialogue deviennent plus sages et mieux informées. Tout le monde laisse le dialogue plus riche. C'est de l'engagement.

À l'inverse, imaginez une fête où une personne domine la conversation et que les autres membres de la fête sont réduits au silence, sans la moindre occasion de contribuer à la conversation. Ce serait un monologue. Il y aura peu d'intérêt ou d'engagement de quiconque dans le groupe autre que la personne qui domine la conversation. Il n'y aura pas d'apprentissage. Il n'y aura aucun engagement.

Le problème a commencé lorsque les clients ont imaginé les médias sociaux comme un autre support publicitaire unidirectionnel. Les médias sociaux ne sont pas de la publicité unidirectionnelle. C'est un moyen de communication où les conversations sont déclenchées. C'est la communication bilatérale, où il y a du bon et du mauvais. Vous pouvez modérer la conversation comme vous le feriez dans de vraies conversations en face à face par décence et respect, mais vous n'êtes pas propriétaire de la conversation.

Certes, on peut insister pour n'utiliser sa page de médias sociaux que comme support publicitaire unidirectionnel, plutôt que comme plateforme de conversations. Cela signifierait simplement qu'il y aura très peu de vraies conversations ou d'engagement.

À la fin d'une conversation sur les médias sociaux, autant que deux personnes ou plus s'engagent dans une conversation en face à face, l'espoir est que tout le monde repart plus informé, plus sage. Ce serait l'engagement que nous espérons sur les réseaux sociaux, qu'il s'agisse de nos propres pages personnelles de réseaux sociaux ou de nos pages professionnelles.

Dr Seamus Phan est le CTO et responsable du contenu chez McGallen & Bolden. Il est un expert en technologie, stratégie, image de marque, marketing, formation au leadership et gestion de crise. Cet article peut apparaître simultanément sur son blog. Connectez-vous sur LinkedIn. © 1984-2020 Seamus Phan et coll. Tous les droits sont réservés.