La vitesse de rupture des acquisitions rivalise aujourd'hui avec les beaux jours de l'ère dotcom, avant que l'ère dotcom ne s'écroule. Alors que nous dansons avec de nombreuses technologies de médias sociaux et mobiles, nous devons également être préparés à l'inévitable.

En tant que développeur de médias sociaux et de mobile, je dois être au courant de la plupart des technologies et plates-formes disponibles aujourd'hui. À tout le moins, je dois au moins essayer les plates-formes et technologies viables et de premier plan une fois, pour discerner si elles valent vraiment mon temps et mon investissement, soit pour nos propres besoins, soit pour les clients.

En 1996, lorsque nous avons développé pour la première fois des sites Internet pour nos clients, nous avons essayé Macromedia Shockwave (Director et Flash). Nous avons décidé qu'ils seraient bien, mais pas essentiels. Néanmoins, nous nous sommes dotés de capacités de développement en interne, afin de pouvoir fournir à nos clients ces capacités étendues, si nécessaire. Macromedia a été racheté par le géant Adobe, et jusqu'à récemment, Flash était toujours très utilisé. Puis HTML5 a pris le relais et Flash s'est mis sur le trottoir. J'ai essayé par exemple, l'animation chronologique avec Flash (avant) et avec HTML5. Je dois admettre que HTML5 est beaucoup plus simple à apprendre et à utiliser, et compatible avec les navigateurs modernes sur les ordinateurs de bureau, les tablettes et les smartphones sans avoir besoin de plugins.

Encore une fois, à la même époque du boom de la dotcom Internet de la fin des années 1990 au début des années 2000, Java était «le» langage de programmation. Partout où nous nous tournons, nous avons dû gérer Java d'une manière ou d'une autre. De nombreuses applications d'entreprise vers le Web fonctionnaient sur Java, et nous avons également dû apprendre Java pour pouvoir fournir cette fonctionnalité à nos clients Web, si nécessaire. Bien que franchement, en tant que développeur depuis mon adolescence (BASIC, FORTRAN, C, HyperScript, Java, Perl, PHP, HTML, etc.), je n'aimais pas du tout Java.

Au fil du temps, des langages plus compétitifs ont pris de l'importance, en particulier avec la popularité de l'iPhone® d'Apple, qui nécessitait XCode (aucune connexion à aucun Java - c'est l'Objectif C). Avec les récentes vulnérabilités de sécurité documentées, les navigateurs Web peuvent être configurés pour désactiver Java. J'ai depuis supprimé le plugin Java entièrement sur mon réseau de bureau, juste au cas où. Un souci de moins dans mon esprit en tant qu'administrateur système.

Nous sommes maintenant dans le boom des médias sociaux, rivalisant avec celui du boom des dotcom dans les années 2000. Mais bien sûr, à chaque boom technologique est le crash peu après, donc vous et moi, en tant que pratiquants, nous en sommes sûrement conscients et nous nous préparons à l'inévitable. Les signes sont là. Vous le savez quand les acquisitions redeviennent blanches.

Oracle vient d'acquérir Involver, une belle plate-forme de médias sociaux avec laquelle j'ai brièvement essayé. C'était dans mon esprit pour les projets, mais ce matin, j'ai reçu un e-mail de masse Oracle. Il a parlé de son acquisition d'Involver, et du fait que la plate-forme et les applications de gestion sociale «héritées» seront mises hors service le 1er juillet 2013. Je n'ai pas encore eu l'occasion de me familiariser pleinement avec Involver. Quel dommage. Mais pas de soucis, il existe d'autres outils payants de gestion et de suivi social avec lesquels je me suis déjà inscrit.

Donc, l'essentiel est que j'ai pris grand soin d'apprendre les langages de développement et de programmation, du bas niveau à orienté objet, peut-être en partie par intérêt en tant que geek, mais aussi par nécessité d'être équipé. Si vous apprenez à coder, vous pouvez créer vos propres outils et l'obsolescence devient quelque chose que vous pouvez contrôler.

L'une des révélations que j'ai lues dans un livre, qui a résonné avec ma philosophie de vie, était «Qui a déplacé mon fromage?»Par le Dr Spencer Johnson. C'est une lecture incontournable pour cette génération, où le climat économique est instable, l'emploi est au mieux fragile et l'avenir incertain, même pour les analystes les plus optimistes.

Il y a même un joli site Web code.org (une organisation à but non lucratif, avec quelques sommités de la technologie au conseil consultatif), qui vise à équiper les enfants au code. Commencez-les jeunes comme moi. Cela les aidera vraiment.

Par conséquent, soyez équipé. Apprenez autant que possible. Dans un monde doté de la technologie, apprenez à coder. Et oui, même les CXO devraient apprendre à coder, comme je l'ai déjà écrit.

Dr Seamus Phan est le CTO et responsable du contenu chez McGallen & Bolden. Il est un expert en technologie, stratégie, image de marque, marketing, formation au leadership et gestion de crise. Cet article peut apparaître simultanément sur son blog. Connectez-vous sur LinkedIn. © 1984-2020 Seamus Phan et coll. Tous les droits sont réservés.